En questions : le dépistage en entreprise, de l’éthylotest au test PCR
2 mars 2021
Quelles sanctions en cas de discrimination au travail ?
4 mars 2021
Afficher tout

NUTRI-SCORE : Ensemble nous irons plus loin

Le 12 février 2021, sept pays de l’Union européenne ont décidé de s’unir afin d’optimiser le développement du Nutri-Score. Cette coordination transnationale se fera au sein de deux comités : un comité de pilotage et un comité scientifique.

La France a adopté le Nutri-Score dès le mois d’octobre 2017, suivie par la Belgique en avril 2018, l’Espagne en novembre 2018, l’Allemagne et la Suisse en septembre 2019, les Pays-Bas en novembre 2019 et le Luxembourg en 2020.

Les autorités compétentes de ces Etats viennent d’annoncer l’instauration d’un mécanisme de coordination transnationale afin de faciliter l’adoption de l’étiquetage nutritionnel Nutri-Score en facing des emballages. Sa mise en œuvre permettra une gestion efficace, opérationnelle et coordonnée de cet indicateur.

Comment se construit la coordination transnationale du Nutri-Score ?

La coordination transnationale se concrétise par la mise en place de deux comités :

  • Le comité de pilotagea tenu sa première réunion le 25 janvier 2021. Il est composé de représentants nationaux, chargés de mettre en place le Nutri-Score dans chaque pays et a pour objectif de faciliter son utilisation par les industriels du secteur alimentaire, mais aussi d’aider les PME à déployer cet indicateur. Ce comité assure en outre la communication avec les consommateurs par la mise ne place de procédures cohérentes et performantes.
  • Le comité scientifique a quant à lui tenu sa première réunion le 12 février 2021. Ce comité composé d’experts indépendants de chaque pays adhérent a deux objectifs principaux : s’assurer que l’algorithme du Nutri-Score intègre les dernières données scientifiques en lien avec les recommandations diététiques, et étudier scientifiquement toute demande de mise à jour du Nutri-Score transmise par le comité de pilotage.

 

Qu’est-ce que cette coordination transnationale va apporter aux entreprises adhérentes du Nutri-Score et aux consommateurs ?

  • Aux entreprises adhérentes: cette coordination transnationale va faciliter le développement du Nutri-Score grâce au partage d’expérience des premiers pays engagés avec les nouveaux adhérents. Cette gouvernance permet également aux pays adhérents d’être consultés et impliqués dans l’évolution du règlement d’usage du Nutri-Score consistant à apporter une définition de ses conditions d’utilisation au niveau européen. Les règles applicables doivent être uniformisées afin de faciliter les échanges.
  • Aux consommateurs : le Nutri-Score se veut être un outil efficace pour aider les consommateurs à choisir des produits en fonction de leur qualité nutritionnelle, inciter les entreprises à repenser leurs produits en améliorant leurs apports pour la santé humaine.

 

Quel avenir pour le Nutri-Score en Europe ?

En France, premier pays engagé depuis fin 2017, les derniers sondages sont très encourageants.

Plusieurs études menées par Santé Publique France révèlent que 93% des Français connaissent le Nutri-Score, et parmi eux 57% déclarent avoir adapté au moins un de leur comportement d’achat grâce à celui-ci. Selon un rapport de l’Oqali, après 3 ans de mise en place, 50% des produits vendus en hyper et supermarchés en France affichent un Nutri-Score.

La démarche associée au Nutri-Score n’a toutefois pas été adoptée par tous les Etats membres de l’Union-Européenne.  La Grèce, l’Italie et la République Tchèque ont à plusieurs reprises exprimé fermement leur opposition à un tel système qu’ils considèrent comme « simpliste et discriminatoire ».

La Commission européenne soumettra d’ici 2022 une proposition législative en vue d’harmoniser l’étiquetage nutritionnel au niveau communautaire.